Tag Archives: Social

Pas d’accord sur tout #Madagascar

Ce Bon édito de Madagascar Tribune.com appelle a la réflexion, mais je ne suis pas d’accord sur tout :

Plus égaux que d’autres

L’auteur , Soamiely Andriamananjara, met en avant le besoin tres fort de ce collectif malgache. La peur de ne pas etre dans le mouvement général, celui du plus grand nombre. La necessité du plus grand nombre d’empecher qu’un membre du troupeau s’eloigne un peu trop, au risque de devenir plus fort ? MoutonPlutot que l’image des moutons de la ferme qui restent groupés et suivent betement ceux qui sont devant, j’aurai Continue reading Pas d’accord sur tout #Madagascar

Share

Scolarisation2013 #MDG2013

L’éducation est par définition l’outil qui va garantir la pérennité de l’avenir d’une nation. Raison pour laquelle tant de pays consacrent des budgets considérables, cherchent a en améliorer les performances en se servant de  ce qui marche chez le pays voisin. Ce qui se passe a Madagascar est un remake de ce qui a été initié dans les régimes qui se sont succédés depuis l’indépendance. Le dernier président en Date, Andry Nirina Rajoelina (ANR) a meme dit que ce ministère était budgétivore et que par les temps qui courent, ce n’était pas notre priorité; Quand il ne nous reste plus rien, les enfants (notre vrai richesse) ne sont ils pas notre priorité ??

Voici donc une étude qui a été menée avec les données de l’UNICEF et de la Banque mondiale. Je n’en suis pas ni l’initiateur, ni le rédacteur, mais simplement le rapporteur car il y a de fortes chances que ces documents n’aillent jamais jusqu’aux yeux du public et encore moins de certaines Hautes Autorités.

I . L’état des lieux de la scolarisation à Madagascar

En 2003, l’Etat a pris l’engagement de réaliser “la scolarisation universelle”, l’un des Objectif du Millénaire (OMD), en instaurant la gratuité de l’enseignement primaire. En 2005, les autorités s’engagent à atteindre les objectifs de l’Education pour Tous (EPT) à l’horizon 2015. Il s’en suit une évolution positive des effectifs dans le primaire passant de 3,6 millions en 2004-2005 à 4,3 millions en 2009-2010.

Mais la crise qui sévit à Madagascar depuis 2009, a affecté ; l’accès, l’équité et la rétention au niveau scolaire, comme le montre le tableau ci-après :
Scolarisation au primaire (en millier d’enfants)

Scolarisation13

Les effectifs sont relativement stagnants
Le nombre des nouveaux entrants est également stagnant
Suite à la crise de 2009, Le nombre d’abandons a quant a lui considérablement augmenté alors meme que les effectifs sont relativement constants. Le pourcentage d’enfants abandonnant entre deux années scolaires est ainsi passé de 7,9 % en 2002 à 16,7 % en 2010. Entre 2009-10 et 2010-11, ce sont plus de 700.000 enfants qui sont ainsi sortis du système entre le CP1 et le CM1 et ce chiffre est en augmentation croissante. Ainsi sur 100 enfants rentrant au primaire, à peine 45 accéderaient actuellement au CM2. La décision d’abandon est dans la moitié des cas le résultat d’une décision subite prise par l’enfant lui-même. Les abandons sont par ailleurs deux fois plus nombreux en période de soudure.

    Les enfants déscolarisés : Selon le diagnostique établi dans le cadre du Plan Intérimaire pour l’Education 2013-2015 (PIE) et des données de l’EPM 2010, environ 10% des jeunes n’accèderait jamais à l’école et plus d’un million d’enfants entre 6 et 10 ans seraient en dehors de l’école, soit pres d’un enfant sur 4 pour la tranche d’âge considérée.

Parmi eux, on peut distinguer :

(i) ceux qui n’ont jamais fréquenté
enfntexclu

(ii) ceux qui ont quitté prématurément l’école

enfnt descol

II. Principaux facteurs d’exclusion au primaire :

Les problèmes financiers sont cités comme raison de la déscolarisation dans 1/3 des cas. Il faut cependant distinguer les raisons liées à l’offre scolaire de celles liées à la demande.

Les problèmes liés à la demande de scolarisation prédominent avec plus de 3/4 des raison avancées selon l’EPM 2010. Ainsi, du coté de la demande, les couts directs prédominent pour les enfants de moins de 10 ans et, pour les + agés, cette raison se combine avec la nécessité de travailler. L’age et la perception négative de l’école arrivent respectivement en deuxième et troisième positions au niveau de la demande, traduisant un refus de l’enfants et/ou de ses parents de fréquenter l’école.

Du coté de l’offre, le non-fonctionnement de l’école est cité le plus fréquemment, de meme que son éloignement. Enfin, parmi les autres raisons, le refus du redoublement et le mariage et/ou la grossesse précoces sont souvent cités comme autres raisons.
Rason desco

Selon les études qualitatives menées récemment, les ménages, les écoles et les communautés semblent représenter les principaux acteurs de l’exclusion

Au niveau des ménages, les difficultés économiques associées aux problèmes familiaux, aux problèmes de santé de l’enfant et à une faible valorisation des études expliquent une partie importante du phénomène de l’exclusion scolaire et engendrent des phénomènes aggravant comme le travail de l’enfant, des situation de honte et de démotivation et amène finalement un traitement différencié entre enfants face à la scolarisation selon le rang de naissance, le genre, le handicap ou encore le niveau de performance éducative.
Du coté des écoles, le cout des études, la faible qualité de l’offre éducative et des conditions d’étude ainsi que la distance et l’accessibilité des écoles expliquent une autre part importante du phénomène d’exclusion scolaire. Des traitements discriminatoires voire de la violence de la part des directeurs, des enseignants et des autres élèves sont également mis en avant comme facteur aggravant.
Au niveau des communautés, les préjugés sur les rôles sociaux, les blocages administratifs, le faible engagement à lutter contre le phénomène de l’exclusion scolaire, l’insécurité et la vulnérabilité climatique entretiennent des situations de forte exclusion scolaire
III . Contraintes et opportunités

Etant conscients des délais relativement courts pour préparer une campagne nationale et compte tenu du peu d’expérience de Madagascar dans ce type d’initiative, le min de l’éducation n’a d’autre solution que d’etre pragmatique et faire dans la simplicité.

Compte tenu des contraintes budgétaires et fiscales qui pèsent sur le secteur public actuellement, et a fortiori sur les services publics de l’éducation, toute mesure nouvelle viserait à réduire les couts de scolarisation sur les ménages et a une grande échelle serait particulièrement difficile dans le contexte actuel. Il en va ainsi par exemple des mesures d’appui financier à destination des ménages et des écoles, dont la construction d’un nombre important de nouvelles salles de classes, la baisse généralisée des frais de scolarité ou la formation accélérée de tous les enseignants FRAM qui dément néanmoins des objectifs à réaliser sur le moyen terme. Toutefois, des mesures ont été prises par l’Etat en vue d’alléger la charge de l’éducation sur les ménage, parmi lesquelles la distributions de kits scolaires à tous les élèves des EPP pour la rentrée 2013/14, l’appui aux cantines scolaire dans les zones les plus sensibles, la prise en charge des subventions FRAM pour une très large proportion des enseignants non-fonctionnaires, ou le paiement des caisses écoles. Cela dit, il serait délicat d’exiger des parents des efforts financiers supplémentaires dans le contexte actuel, compte tenu de la charge importante des couts d’éducation qui pèse déjà sur les ménages
Le Plan Interimaire pour l’Education 2013-15 (PIE) récemment adopté par le MEN identifie l’amélioration de l’accès à l’éducation de base comme l’un des principaux axes stratégiques du secteur.Les mesures préconisées pour réduire le nombreuse enfants exclus incluent la sensibilisation des parents et communautés, la mise en place de dispositifs par le MEN de cours de remise à niveau pour les enfants déscolarisés ou non scolarisés de moins de 10 ans, et le développement des offres d’alphabétisation accéléréedu type ASAMA pour les 11 à 18 ans en partenariat avec les ONG afin de leur permettrede passer le CEPE et de continuer sur une formation secondaire, technique ou professionnelle. Cependant, ces initiatives sont relativement nouvelles pour le MEN et les dispositifs de réinsertion des déscolarisés ou non-scolarisé du MEN ne sont pas encore mis en place ou ne sont disponibles qu’au stade de l’expérimentation mais pas à l’échelle nationale.

Certains DREN sont déjà sensibilisées et actives sur le problème de l’exclusion scolaire : certaines ont initié la formulation dees plans régionaux de lutte contre l’exclusion scolaire et un certain nombre a également mis en place l’approche contrat-programme et aidé au développement de projets d’établissement pour les écoles primaires, incluant parfois le dressage d’une carte des enfants exclus au sein de leur communauté

Les partenaires et différents acteurs, y compris les autres Ministeres intervenant dans le secteur éducatif et ceux de la société civile ou du privé, ainsi que les PTFs, ont des expériences et une offre potentielle à apporter une campagne de scolarisation, que ce soit au niveau national ou local, il en va également des communautés et des associationsFRAM, lesquelles lorsqu’elles sont bien impliquées et sensibilisées, peuvent représenter une formidable ressources en appui à la scolarisation ou rescolarisation et à la rétention des enfants dans le système éducatif.

Conclusion :

Ce plan de campagne national, s’il démontre une bonne volonté et une certaine lucidité dans l’approche, reste une fois de plus dans le domaine des suppositions. Car dans la réalités, les services de l’administration servent à d’autre fin et il n’est pas rare de constater que des retards considérables des décaissements de salaires. Les raisons évoquées sont pour contrer les actions de propagande du MEN candidat. Prendre en otage des enfants en bloquant le système administratifs relève tout simplement du crime.
Les espoirs sont tournés vers ces bailleurs UN, et rattaché, UE et AFD mais ces organisations ne sont pas la pour remplacer l’administration d’un pays. Meme s’ils sont contraints de déployer tous leurs efforts pour atténuer les impacts de cette crise sur les enfants, ils ne pourront jamais se substituer à un une structure administrative défaillante.

Share

Think Tanks

Think Tank !? Pourquoi pas a Madagascar ?

Capture d’écran 2013-01-23 à 16.39.48Voici un  rapport qui pour moi devrait être un support de poids dans l’évolution politique, économique, sociale de ce pays.
S’appuyer sur les analyses d’un groupe sur n’importe quel sujet devrait permettre l’amélioration de la percussion, un outils de prise de décisions, un encouragement au dialogue.
Or il se trouve que le gap est tellement important entre la connaissance et ceux qui pourrait apporter des lumières et les faiseurs de loi ou de politique, qu’il en ressort avant tout une incompréhension générale (des un envers les autres) mais aussi un climat peu favorable a l’évolution d’un situation critique.

What is a Think Tank?

Think tanks are public-policy research analysis and engagement organizations that generate policy- oriented research, analysis, and advice on domestic and international issues, which enable policymakers and the public to make informed decisions about public policy issues. Think tanks may be affiliated or independent institutions and are structured as permanent bodies, not ad hoc commissions. These institutions often act as a bridge between the academic and policymaking communities and between states and civil society, serving in the public interest as independent voices that translate applied and basic research into a language and form that is understandable, reliable, and accessible for policymakers and the public.

Les Think Tanks sont l’analyse de la recherche publique et la politique et l’engagement des organisations qui génèrent les recherches de  politiques orientées, d’analyse et de conseils sur les questions nationales et internationales, qui permettent décideurs et le public de prendre des décisions éclairées sur des questions de politique publique. Les Think tanks peuvent être des institutions affiliées ou indépendantes et sont structurés comme des organes permanents et non, commissions ad hoc. Ces institutions agissent souvent comme un pont entre les milieux universitaires et politiques et entre les États et la société civile, au service de l’intérêt public comme des voix indépendantes qui  traduisent les recherches appliquées et fondamentales dans un langage et une forme compréhensible, fiable et accessible pour les décideurs et le public.

GLOBAL TRENDS AND TRANSITIONS

“The potential of think tanks to support and sustain democratic governments and civil society is far from exhausted. Today policymakers and civil society throughout the developed and the developing world face the common problem of bringing expert knowledge to bear on government decision-making. The challenge is to harness the vast reservoir of knowledge, information and associational energy that exists in public policy research organizations in every region of the world for public good.”

– James McGann, Think Tanks and Civil Society Program University of Pennsylvania, 2012.

D’aucun diront que c’est en fait le mode opératoire de la Franc Maçonnerie qui utilise des réflexions de groupe afin de faire avancer des grands chantiers gouvernementaux, qu’ils soient sociétaux, social ou meme politique. Il s’agit ici d’un débordement de la compréhension par certains membres, des but ultimes de ces milieux associatifs qui confondent les intérêts personnels et l’utilisation de réseaux d’influence, à l’intérêt général pour le bien être publique. Il serait bon que certaines personnalités “pensantes” puissent agir réellement et concourir à l’établissement d’un environnement propre a développer les Think Tank ou a recadrer les excès de la société civile dont les buts ne sont pas toujours très clairs.

Les Think tanks jouent un rôle plus actif dans la politique intérieure et étrangère sont maintenant présents dans 182 pays dans les deux dernières décennies. Alors que les think tanks continuent d’être concentrées aux États-Unis et en Europe occidentale (soixante pour cent de tous les think tanks sont situés dans ces deux régions), plusieurs facteurs sont le moteur de la croissance des think tanks dans d’autres régions du monde. On peut relever les principaux sujet qui ont marqué l’attention en 2012. La Mondialisation, Démocratisation et décentralisation du pouvoir, Demandes des institutions pour des informations et analyses indépendantes, l’accroissement de la complexité des sujets politiques, Revolution des nouvelles technologies, le processus décisionnel gouvernemental, Hacktivist, Anarchiste et mouvement populistes, l’ajustement structurel mondial, Crise économique et paralysie politique, L’état contre les réseaux sociaux et individus. Mais on a pu aussi noter de nouveaux sujets des pays émergents tels que ; Changement radicaux dans les modes de financements, Accroissement des institutions spécialisées, Accroissement de la compétition entre les institutions, influence et indépendance, les résultats contre les impacts, Impact d’internet des cloud et des réseaux sociaux, Actions contre Idées, L’accent sur les relations extérieurs et les stratégies marketing, devenir mondialement présent, Les tensions du managing et du leadership,

Le défi constant pour les think tanks est de produire en temps opportun et accessible des recherches orientées vers qui engage effectivement les responsables politiques, la presse et le public sur les enjeux cruciaux d’un pays.  Les organisations qui sont en mesure de combiner «profondeur intellectuelle, l’influence politique, et  flair pour la publicité,  environnement confortable et un peu d’excentricité. Les nouvelles technologies sont créés chaque jour,  à un rythme accéléré qui poussent des groupes de réflexion pour trouver des moyens nouveaux et plus rapides à collecter, trier et analyser les données et communiquer leurs conclusions à un public cible très segmentée en utilisant de nombreux outils de communication.

Il exister déjà des groupes de réflexions Think tank a Madagascar, pourtant leurs analyses finissent souvent dans le fond d’un tiroir et ne parviennent jamais aux vrais décideurs. C’est pourtant un outils,d’aide au développement car il a vocation d’etre participatif et ainsi apporte l’inclusivité qui nous manque tant.

Documentations ;

THINK TANKS AND CIVIL SOCIETIES PROGRAM © 2013, University of Pennsylvania, International Relations Program

2012 GLOBAL GO TO THINK TANKS REPORT AND POLICY ADVICE

Share

La contribution Sociale

Très étonnant que personne n’ai encore inventé une chanson sur le NI NI.
Ce nom revient tellement souvent dans la presse et les forums, qu’un artiste inspiré pourrait en faire un best seller.
Avec un peu de chance un politicien reprendrait surement ça a son compte et si le sujet n’est pas trop contre le régime, il aurait surement le droit de se produire au coliseum. Cela vendrait surement mieux que la fin du monde Maya qui n’est pas si gros canular que cela. Les Mayas avaient vu ça juste finalement à une nuance pres ; la fin du monde c’est presque tous les jours pour certains.
Soyons positifs cette fois ; pourrions nous demander à un artiste (comme gothlieb ou Rossy) de nous pondre quelque chose d’assez drole qui pourrait être repris en musique pour égailler les fetes. Vu que le succès populaire est garanti, il pourrait reverser un partie de ses droits pour un arbre de noel géant pour les plus démunis. Les gens rechignent à donner spontanément alors qu en masquant la chose par une œuvre de bienfaisance, en faisant connaître son geste, les donateurs s’appliquent a faire mieux que le voisins.
fortdauphin2
Cela ramene la réflexion sur ce qu’il faudrait pour sauver ce beau pays; Il y a plusieurs étages à la contribution sociale. Pour illustrer mon raisonnement prenons l’exemple d’un village de pecheurs du sud ouest ;
L’aide humanitaire ; c’est une action indispensable car elle ramène un soupçon d’humanité dans ce monde cruel qui ne choquent plus nos yeux. Il permet aussi d’agir comme un pansement sur les zones à vif mais cela permet juste d’avoir la chance d’avoir mal demain… Cet éphémère action est pourtant un commencement, le PAM, la Banque mondial, meme les US qui ont coupé les énormes contributions, n’ont pas cessé sur le secteur humanitaire.
Les dons de matériel ;  la dotation de filets et de petits bateaux de peche. Cette action louable permet d’améliorer le rendement quotidien du pecheur qui peut rapporter a sa famille plus que ce qu’il a l’habitude. Par rapport a l’aide humanitaire, l’individu reste acteur de sa survie. Mais la encore, le retour à la réalité de la vie revient vite quand le matériel est cassé
L apprentissage ; Donner le moyen de confectionner soit meme des filets avec les accessoires de base, la technique pour construire les coques de peche qui tiennent mieux la mer et qu’ils peuvent réparer eux meme, est l’étape suivante qui permet au pecheur de prendre conscience qu il a la faculté d’agir lui meme sur son quotidien et faire face aux aléas.fortdauphinsud
Mentalité : ça c’est quelque chose qui ne se donne pas, mais qui pourtant peut s’acquérir. Prendre conscience qu’on a besoin de personne pour s’en sortir. Prendre conscience qu’avec son voisin, on peut réaliser ensemble des actions profitables aux 2 en mettant en commun son domaine de compétence. Prendre conscience que partager peut être le premier geste de compréhension de l’autre.

Dans les 4 étages ci dessus, les 3 premiers sont accessibles des aujourd’hui. Il y a de nombreuses Organisations prêtes a mettre sur la table des millions de $.  L’acces a la connaissance doit être un droit et un devoir. Nos dirigeants devraient casser cette illusion que détenir une connaissance est un moyen de garder le pouvoir sur l’autre. L’exemple doit toujours vernir d’en haut, Le bon exemple évidemment !

Share