Time out ! #Mdg2013

Time out

Facile de parler et de critiquer disent ceux qui sont au pouvoir. Mais vous feriez quoi a leur place ? Très vraisemblablement la même chose…
L histoire a démontré que ce qui était dénoncé par les opposants sont reproduits en pire par la suite. Sauf que pour reproduire en pire, il faut trouver de la richesse à piller et des financements à détourner. Or cette fois la petite période de croissance qui suit chaque période de crise sera bien maigre car “chat échaudé craint l’eau froide”. Il ne sera pas évident d’injecter des finances extérieurs sans une traçabilité garantie.

Côté économique, après être rentre, il y a plusieurs mois dans une voie sans issue, Madagascar est arrivé au bout de l impasse. Les réserves de 900 à 1.000 M USD annoncées il y a 6 mois, ne sont qu un lointain souvenir. Les réserves se comptent en mois d importation, or sans coup de baguette magique, il ne reste plus que le mini du mini, c est à dire, les besoins en riz et médicaments.
Cette politique de subvention qu’elle soit pour les pétroliers ou pour toute autre activité, le maintien artificiel d un taux de change pour reguler l’inflation, a fini par plonger le pays dans une banqueroute. Time is out ! L équipe du DJ tente de jouer les prolongations à coup de cartons de billets pour maintenir par la force et l’avidité des gens. Mais ils font face à un problème insoluble à leur échelle : La paralysie du système financier.
Il ne s agit plus ici de négocier quel taux préférentiel sera accordé aux pétroliers ou la proportion de subvention à accorder pour maintenir un prix de marche irréel. Il s agit de trouver les dollars ou les euros pour permettre le fonctionnement de l économie. PIB_voisinContraindre les entreprises détentrices de devises de vendre leurs réserves, pour permettre aux autres de les acquérir pour payer leurs fournisseurs à l extérieur, à déjà été fait ! La menace de dévaluation d envergure n a jamais été aussi grande. La machine déjà grippée, va finalement se bloquer car personne n acceptera de perdre 20 à 30 % de la valeur de ses actifs.
Il y a donc la une vrai opportunité pour mettre un terme a cette crise et enfin mettre en place un plan raisonnable accepté par presque tous, pour tenir ces élections et voir enfin le bout du tunnel… Pour cela, afin de sortir de cette léthargie meme pire cette hibernation, il faudrait un catalyseur.

Coté politique, cette période de vacance gouvernemental est plutôt productive contrairement à ce que l’on pensait. On a accouché assez facilement d’une nouvelle CES, un président et des membres tous pétris de bonnes intentions… Du moins en apparence. La réalité est que le gain de temps qu’a obtenu le DG auprès de la communauté, n’est qu’un prétexte pour asseoir son assise à la fois pour continuer cette transition et s’assurer de participer aux élections et se faire réélire à la méthode Mugabe (sauf pour l’âge). Tous les signaux d’alerte ont éveillé ses équipes sur la difficulté de la période à venir, certains de ces directeurs généraux l’on même fait par voie de presse (cf DGT), mais rien ne semble ébranler sa certitude qu’il maitrise la situation.galNoelRakotonandrasana_limoge
Sauf qu’aujourd’hui, l’élément qui manquait pour mettre le feu aux poudres vient de sortir de prison ! Celui-ci, amnistié, réhabilité dans ses grades, le Général Noel pourrait être le catalyseur évoqué plus haut. Son interview au lendemain de sa sortie en dit long sur l’amertume qu’il ressent de ces années de privation. Il pourrait être le symbole de cette frustration général et engager un réveil de frange de la population qui en a marre de cette situation.
Il ne faut en réalité pas grand chose rassembler suffisamment d’écoute pour faire trembler l’entourage militaire du Rajoelina. Le reste sera juste une confirmation de l’expression ‘les rats quittent le navire’

Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

serial rss