PM or not PM ? #Madagascar

Un peu de recul depuis cette investiture pour remettre des idées en place. Difficile de prendre de la hauteur à vrai dire…
Ce 1er billet de février arrive certes un peu tard, mais il est surtout à temps pour faire le point sur l’actualité brulante du moment ; Le choix du PM.

Divorce confirmé :Hery_Rajaonarimampianina
Le divorce annoncé a bien eu lieu entre Hery et Andry. Sauf qu’il se sont fait voler la vedette par l’affaire Trierweiller – Hollande – Gayet. C’est pour vous donner une idée de l’importance de la politique malagasy à l’échelle internationale !
Bref, l’entourage de Hery a tout de meme fini par faire accepter à son champion qu’il ne pouvait plus jouer la demi mesure avec son ancien mentor. Une telle décision n’a pu être faite que sur l’assurance que la CI serait derrière pour apporter tout son soutien si les choses tournaient au vinaigre. Meme s’il lui a fallut beaucoup de courage, il semble être un peu coincé aux entournures pour réellement agir avec les pleins pouvoirs de président. En témoigne cette affirmation à Nosy Be ; « c’est moi qui désigne le PM » . Est-ce une manière de tenter de se convaincre que c’est bien à lui que revient cette tache ?

Ou en sommes nous dans cette répartition des forces en présence ?
2 camps sortent du lot le MAPAR et le HVM. En fonction des effets d’annonce de leurs aboyeurs respectifs, des majorités se dessinent d’un coté et de l’autre. En réalité, c’est surtout les opérations marketing d’achat d’influence qui génèrent ces mouvements de masse, un peu à l’image de la marée qui voit se retirer les flots. Mais en ayant l’assurance de son retour indéfectible. Bref, le cash rythme encore une fois l’orientation politique . Les prochaines échéances (ou moisson ) seront pour lundi avec la convocation orchestrée par Siteny avec 88 députés, tous prêts à boire les paroles convaincantes dés lors qu’elles sont accompagnées de petits fours…
Une nouvelle fois, nous ne sommes pas encore parvenu à une vrai majorité non discutable. Ce n’est peut être pas plus mal. Pour la simple raison que les 1er pas (ou faux pas),  nous laissent penser que les méthodes politiques des ses 5 dernières années seront similaires à celles qui viendront. Il n’y a qu’à voir certains conseillers qui se voient déjà dans des fonctions cumulées de Dircab, SGP, MAE ou meme rabatteur d’affaire, se sont fait déjà cibler par la CI pour inapte à toute fonction cruciale du pouvoir.

Les stratégies respectives ?
Du coté de Hery, on avance dans les consultations à tour de bras. Chacun y va de son influence pour apporter la perle rare. Celle qui ne fait pas trop de bruit avec les casseroles qu’elle traine. Celle qui a un blanc sain de la communauté internationale. Celle qui sera surtout le gentil toutou qui obéira au doigt et à l’œil à son maitre, sans jamais être tenté d’écouter le chant des sirènes. Stratégie risquée du non respect constitutionnel ; Hery souhaite présenter à l’assemblée une liste de nom d’ou émergera le PM qui sera sanctionné par un vote entérinant sa légitimité (populaire et majoritaire). Stratégie risquée car, il sera difficile à la CI d’approuver qu’on s’écarte d’un processus légal propre à la 4e république. Risqué aussi car si le vote venait a rejeter son/ses candidats, il se retrouverait au pied du mur sans soutien. Et les indépendants de son coté à l’assemblée, auront vite fait de rejoindre l’autre bord, comme une volée de moineaux.

Du coté de Andry, c’est une stratégie jusqu’au-boutiste. La majorité du MAPAR le présentera vraisemblablement à une candidature de PM, qui sera évidemment refusé par la CI. rajoelina_aPeu importe car c’est le but recherché. Obliger le camp d’en face à revenir à une table de négociation et contraindre des concessions sur la prochaine composition du gouvernement en lâchant le poste de PM. Des lors que le PM ne peut avoir une majorité pour garantir l’application de sa politique, le schéma tracé par Andry devient gagnant. Car il aura l’assurance de rester au pays, avoir la sécurisation de ses biens, et garantir la pérennité de ses affaires. Un contrôle de la non réussite de son rival le place en très bonne position pour soit précipiter un empêchement, ou aller jusqu’au prochain mandat et sabotant toutes les actions du gouvernement.

Et la CI dans tout ça ?
Les fins manipulateurs sont finalement coincés par leur propres stratégies ! Les élections n’ont finalement pas résolu le problème. Ils ont imposé un processus démocratique, et validé des élections, mais ne sont pas prêts à reconnaître les hommes issus de ce processus. Va t on observer encore une fois la stratégie du wait and see ? Cet orgueil mal placé, ou ces politiques de carrières misant avant tout sur l’obtention d’objectifs ont contribué à cette perte de crédibilité. Les malagasy n’ont pas une bonne opinion de la CI et pour cause ! Sauf qu’à ces petits jeux malsains, c’est toujours le peuple le 1er pénalisé.

Mais alors ? Ou sont les noms de PM ?
Il y a encore beaucoup d’incertitude dans cette chasse au PM. Car c’est bien d’un chasse dont on parle. Ce PM sera une victime pour peu qu’il en reste quelque chose après …
La suite dans le prochain post  😉

Share