1000 ans

1000 ans vous surveille !

Ces colosses de l’allée des Baobabs semblent rire de la bêtise humaine. Comment un petit feu de paille pouvait égratigner ces géants fiers et majestueux ?
Une larme, pourtant, semble perler sur l’un d’eux. Mais ce n’est pas de joie, hélas. Cela fait plus de 1.000 ans qu’il surveille les environs, vois les saisons se livrer bataille, la végétation et certaines espèces gagner du terrain les uns sur les autres. Notre Baobab ne comprend plus que les hommes du début, en harmonie avec leur environnement, respectant la vie, qu’elle soit dans les arbres, les animaux, les pierres ou les rivières. Ces hommes depuis 200 ans transforment ce qui était si beau en  désolation, désert et solitude.
Quand l’espoir renait lorsqu’une poignée d’entre eux décide de reconstruire ce qu’ils avaient détruits, une petite poignée s’empresse de raser le tout, tuant au passage ces jeunes plants qui devaient assurer la relève pour le prochain millénaire. Cette larme ne tombera pas car il est fier. Sa posture droite que les ans et les aléas climatique n’ont pas fait plié, doit nous servir d’exemple dans nos actions du quotidien, face à ce déchaînement de négativité.

Au sens symbolique, il y a beaucoup a apprendre de cette image. Madagascar est un corps et a une âme. Il ne tient qu’à nous de redresser ce corps, et à nous de retrouver cette âme, si d’aventure elle s’était égarée.

Par quoi commencer ?
D’abord par le commencement ; comprendre que l’on existe d’abord.
Ensuite découvrir que l’on existe dans un environnement.
De la, permettre à ceux qui n’ont pas les même idées que nous de les comprendre, et tenter de comprendre en retour ce qui nous différentie.

Ce B A, BA nous ramène a notre quotidien. Pas besoin d’être dirigeant, politicien, pour remettre du simple BON SENS dans nos relations humaines.

Ozo

Share

Réponse a Tribune.com ; Des messies pour des lanternes

Bonjour,

Voila une vision juste de la situation ou on percoit bien que la priorité ne doit pas rester a une stérile victoire aux élections, et une prise de pouvoir.
La question pourrait etre ; pour qui ? et pour combien de temps ?

Ce qui rassure, c’est que le nombrilisme et la soif de pouvoir n’est pas l exclusivité du Malgache … Il n’y a qu’à voir le feuilleton UMP pour confirmation.

Ce qui ne rassure pas c’est que les priorités de nos politiciens ferment les portes de notre avenir a court terme. A les entendre, ils sont tous avec de grandes idées pour en finir avec les pratiques abusives des tenants du pouvoir, se soucier enfin de la misère du peuple, agir seulement pour l’intérêt général. Je n’en connaît pas un qui ait cette motivation plus de 10 minutes.
Aujourd’hui, nous avons échafaudé un système qui s’apparente à un château de carte , ou chaque nouvelle solution au problème vient se superposer au problème précédent. Ici, on  ne compte pas en année mais en nombre de crises.
Il ne faut pas être savant pour savoir qu on ne peut garantir la pérennité d’une construction que si ses fondations sont solides. Dans le cas présent, ce château de carte ne repose sur aucune fondation.

Heureusement, la résignation n’est pas prononcée chez les malgaches. Cela veut dire qu’il existe un espoir de changer les choses. Les élections sont effectivement un moyen de sortir de l’impasse, si et seulement si, ce qui divise et fracture la nation est réellement résolu. Alors, je lance un appel aux politiciens arrêter une fois pour toute de se quereller en ayant pour principal argumentation que son intérêt personnel. Le débat doit exister, la pluralité de vision est une bonne chose pour construire un avenir plus serein pour le peuple. Le politicien doit reformer LA POLITIQUE ; les chefs de files doivent être les défenseurs d’une idée et non des meneurs d’une personnalité.

Je garde l’espoir que :
les politiques soient au service du peuple
Le politique soit dissocié de l’économie
Que le revenu soit le fuit du travail (et non du business)
Le peuple vive l’espoir plus longtemps que l’espace d’un changement de meneur

J’ai dit. Ozo

En réponse de l’édito de Tribune.com

“Des messies pour des lanternes” par lalatiana

Nonobstant les contraintes techniques, logistiques, administratives et financières qui vont conditionner la réalisation ou non, à la date prévue, des élections malgaches de 2013, peut-on véritablement espérer quelque chose de ces scrutins qui, s’ils ont lieu, sont sensés caractériser la fin de la transition? Cette fin de transition risque pourtant de n’être qu’un énoncé sémantique. Evoluer vers un (…)

Share

Les péchés capitaux de la Finance

La crise est la et n’en fini plus.
Le mois dernier, on parlait meme de continuité de cette crise pour au moins 5 ans supplémentaires. Le citoyen encaisse une situation crée de toute pièce par les gouvernants, les agences de notations, les banquiers et  les fonds spéculatifs, les paradis fiscaux. Sont tous aussi fautifs, les hommes de pouvoir qui avaient la possibilité d’agir mais qui n’ont rien fait.

Le monde de la finance nous a emmené dans ce chaos ou finalement les innocents paient les réparations des jouets cassés de ces apprentis sorciers. Croyez le ou non, mais ils sont pour la plupart encore la. Voici donc les Péchés capitaux du monde de la Finance ;

Les paradis fiscaux ; le G20 avait promis en 2009 de s’en occuper. Tax Justice Network a estimé l’évasion fiscale à 25.000 milliards d’Euros. Warren Buffet payait moins d’impôts que sa secrétaire à titre d’exemple. Ou encore Total qui ne versait rien en France sous prétexte d’une activité nationale déficitaire.

Les agences de notation ; elles brassent des milliards de dollars en prestation de services et pourtant elles n’avaient pas alerté leurs clients sur les subprimes. Elles avaient aussi donné la meme note aux bons du trésor Grec qu’aux bonds Allemands.

Les produits dérivés ; Plus de 700.000 milliards de dollars selon la banque des règlements internationaux, soit 13 fois le PIB mondial.

La taille des Banques : Elles sont si colossales que les dirigeants pour la plupart, ne savent et comprennent pas ce que leurs traders font. Qui ont conduit encore récemment a des scandales d’envergure.

L’absence de séparation entre la banque de crédit et la banque d’affaire ; Les américains s’y refusent. La France et l’Angleterre y pensent mais sans réglementation contraignante sur le sujet

Les Hedges funds ; ces fonds spéculatifs échappent à toute réglementation. Ils sont à l’origine, conçus pour couvrir les risques liés aux emprunts

Le trading automatisé haute fréquence ; on estime à plus de la moitiés les ordres passés par les ordinateurs. Dans  le cas des hautes fréquences, 90 % des ordres sont soldés 7 secondes apres l’émission, 60% apres 1 seconde. Cetrains algorithmes permettent la détection des ordres des gros institutionnels et passent les ordres quelques micro secondes avant eux.

Share

Comprendre la malgachitude

Comprendre la malgachitude ;

Cela pourrait être pris au sens péjoratif du terme, mais il n’en est rien dans ce post. C’est bien au contraire, avec beaucoup de détachement, de tolérance et de sens critique positif que j’ai basé mon raisonnement.
Il y a bien des mystères dans ce pays qui ne peuvent être compris par une vision trop extérieure.
Je parle de mystères, certains emploieraient plutôt magie .

  • Comment comprendre que cette “crise” qui dure depuis 2009 et qui avait suscité bien des paris sur l’état des finances, puisse se poursuivre dans un équilibre précaire ; mais EQUILIBRE quand même. Des fortunes personnelles se sont faites, (cela a été le cas dans les crises précédentes), les finances publiques sont restées debout, avec pourtant un gap colossale entre recette fiscale et dépense publique.
  • Comment comprendre qu’avec des avis si divergents entre les chefs de mouvances, les populations prises en otage ne se sont pas retournées en mouvement sociaux désespérés?
  • Comment comprendre que des virulents politiciens accusent et dénoncent les méfaits de leurs opposants et pratique ouvertement ce qu’ils ont condamné peu de temps auparavant ?

Il faut peut être chercher plus profond et ne pas s’arrêter à ce qui est visible en surface.

L’insularité est un statut qui a contribué à renforcer ce sentiment qu’il n’y a qu’un seul Malgache. Même si les origines tribales sont nombreuses et la catégorisation sectaire et caste a marqué fortement une période de l’histoire, Le Malgache n’a pas cette liberté que choisir autre chose que l’unité, car il n’a pas de frontière. En opposition aux Comores ou ils sont tous comoriens, frères de sang, et pourtant, s’entre-déchirent depuis des années victimes, cette fois de leur insularité.

Prenons un exemple concret :
Un chauffeur de taxi n’hésitera pas a remonter une file complète de véhicule sur la voie d’en face et rentrer sans vraiment forcer dans la file d’attente.
La logique voudrait que tous ce qui ont été doublés, râlent après ce voleur de places, alors que eux aussi sont pressés. Mais rien… au contraire, on voit souvent un sourire, quand la main du fautif se lève en signe de remerciement. Cela pourrait sous entendre “à charge de revanche”. Pourtant, on voit que c’est quasi toujours les même qui agissent ainsi, les Taxi, Taxi be, voitures avec vitre teintées, symbole d’autorité et donc de passe-droit.

3 valeurs qui peuvent être à l’origine du comportement :
L’intérêt général ; au centre de notre raisonnement. Ici, ce n’est pas vraiment le cas, le concept, même s’il est connu, reconnu, n’agit pas du tout au niveau de l’action du quotidien. Les jolis proverbes sur le sujet sont très loin des préoccupations des acteurs du moment.
Le tres très court terme ; C’est l’autre donne qui l’emporte sur les réactions immédiates. “Je prend tout de suite si l’opportunité se présente”, plutôt que traditionnellement, je respecte la règle et j’attendrai mon tour
Le respect d’autrui ; Moi d’abord est un priorité. Donc on attache peu de valeur aux dommages qui pourraient être causés à une autre personne, puisse qu’à longueur de journée cette chose la nous arrive. Par ailleurs, je dois respecter tellement de gens dans mon milieu professionnel, ma famille, et les autorités que le raz-le-bol l’emporte le bon sens.

En fait, cela pourrait fonctionner dans cette société, si le grain de sable (qui est l’Ordre) ne venait pas bouleversé ce pseudo équilibre qui s’est établi. Le problème vient du fait qu’il est appliqué de manière sporadique, pas sur tout le monde et surtout sans aucun critère d’égalité. Beaucoup croit encore que la démocratie, c’est faire ce que l’on veut. Comment ne pas être déboussolé, quand un rappel à l’ordre arrive de manière arbitraire. C’est interprété comme une injustice alors que ce n’est encore ici que du BON SENS

La malgachitude pourrait être une philosophie. Un mélange de doctrines du passé qui servent d’alibis à un comportement du quotidiens. Il est cimenté par le fait que tout le monde se retrouve dans cette unité qu’est le malgache. Il est aussi symbolisé dans le sens ou malgré tout, chacun pointe du doigt les travers de l’autre, en ne se remettant jamais en cause qu’il agit ou pourrait agir de la sorte. Le raisonnement est basé sur un exemple du chauffeur dans sa voiture. Mais il peut être pris pour bien autres cas de figure de la vie moderne.
Il y a toutefois un bémol ; dans la brousse profonde, on ne retrouve pas ces états de faits et ces réactions. L’authentique reste de rigueur. C’est bien une confirmation que cette situation vient bien d’un conflit interne entre les valeurs ancestrales et les principes de la vie moderne, qu’ils soient occidentaux ou orientaux.

Ozo

Share

Le malgache, victime de la mondialité

Le malgache, victime de la mondialité

Vous avez bien compris ; MONDIALITé ! Je n’ai pas dit mondialisation.

Il y a eu tellement d’articles sur les raisons, cause de ces crises à répétition qu’à connu Madagascar et surtout le peuple malgache. On ne va pas s’attarder sur une nouvelle exposition d’idée et débattre sur le qui a raison et qui a tort.
Le Frere Sylvain Urfer a évoqué dans son dernier essai un malaise culturel qui conduit “le malgache” dans une difficulté de se positionner par rapport à ses traditions, conserver sa culture dans un monde qui tend à lui enlever sa légitimité. Il n’a peut être pas tord. Je vois d’ici les fondamentalistes s’offusquer de ces propos car quand on touche a son peuple et ses valeurs, le malgache sort vite de sa letargie pour devenir agressif, perdant à l’occasion toute profondeur de réflexion(très loin de la légendaire sagesse malgache). N’en déplaise à ceux-la, il faut pointer du doigt ce qui pique afin de comprendre et d’accepter les raisons de ces réactions.

Vade retro satanas…vade retro
C’est a partir d’ici que vient le problème a mon avis.

Premièrement ; Comment arriver a comprendre qu’en une très courte période de l’histoire la (les) religions ont réussi a prendre le dessus sur des coutumes ancestrales en modifiant les fondements de la culture par de nouvelles valeurs (dites chrétienne)? C’est le premier mystère que je ne serai pas en mesure d’élucider, je le laisse à votre réflexion…
L’impregnation est telle, que le statut social se mesure à son assiduité à “pratiquer”, à se faire reconnaître comme un bon et loyal pratiquant. Cela veut presque dire que quand on ne pratique pas, on n’est pas bon ni loyal.

Deuxièmement ; Comment comprendre que le chemin inverse soit si compliqué ? On constate que dans le monde et notamment en Europe un délaissement des lieux de Culte est de plus en plus avéré. Ce qui a poussé l’église a intervenir dernièrement sur des sujets tabous pour éteindre le feu qui la gangrène. Mais a Madagascar, on a coutume de prendre à contre courant les grands bouleversements. La démocratie fait parti de cela. Depuis 200 ans, l’église martele le crane des fidèles à coup de sermon. Et finalement, la mondialisation et son lot de communication, sur-information, désinformation, rapprochement des distances, media technologie, vient bousculé les bons fidèles pétris de certitudes ou plutôt de dogme.

Troisièmement ; Difficile et douloureuse prise de conscience, quand un vent de liberté vient souffler l’espoir de sortir de ce carcan. Malheureusement, c’est une “Transition”, la encore difficile a avaler. Il faut être révérant au Ray aman-dreny, qui il faut le dire est vraiment partout ; Le père, le chef de famille, le prêtre, le chef Fkt, le maire, le chef de region, et meme les institutions de la 4e république en sont truffées… Et s’il ne suffisait pas, il y a les zoky, je ne ferai pas d’apologie sur le sujet.

13 MaiBref comment tendre vers une émancipation quand tout autours de vous, vous enterre. La est à mon avis une des raisons de ces réactions. Quand la cocotte minute surchauffe, elle explose a moins d’une soupape de sécurité. Et cette soupape est la réaction épidermique de surface d’un bouillonnement interne profond. Charlie Hebdo disait il n’y a pas longtemps que la libre expression était le poumon de la démocratie. Mes amis (ou ennemis), il est temps de respirer car la mondialité nous mangera. Alors exprimez vous !!!

Ozo

Share